Anne-Marie qui es tu ?

la Harangue en image

merci a Pascal de ducasse-ath pour cette vidéo

 

Différentes figurantes se sont déjà succédées pour interpréter le rôle tant convoité d’ « Anne Marie Leroy ».

Une tournante est d’ailleurs aménagée entre ces dames, afin que chacune, voulant et pouvant être capable d’entrer dans la peau de ce personnage tellement atypique, puisse avoir sa chance.

Ce rôle, sûrement le plus actif dans le groupe, demande une certaine prouesse et une certaine maîtrise de soi.

En effet, différentes harangues jalonnent le cortège, tant le samedi que le dimanche … il s’agit donc de pouvoir gérer le stress, connaître son texte et surtout, de garder la voix !

Quelle fierté pour chacune d’elle d’être « élue » Anne-Marie » de l’année !

 Mais qui était donc cette fameuse Anne-Marie (Marie-Anne) Leroy ?

 Lorsque le 27 septembre 1830, vers 9h du matin, le bruit de la mise de la ville en état de siége rassemblait les habitants d'Ath sur la grand place, lorsque le tocsin lugubre excitait la fureur du peuple, on remarquait dans la foule une femme d'une cinquantaine d'année, a la physionomie mâle, à l'allure virile et aux formes athlétiques, nommée Marie-Anne, Joseph Leroy

Ouvrière dentellière, cette femme comme bien d'autres, avait travaillé aux nouvelles fortifications de la place.

Armée d'une épée, cette femme enflammait d'autant plus l'enthousiasme qu'elle était audacieuse et que, comme la vierge de Vaucouleurs, elle paraissait inspirée.

Se mettant à la tête des insurgés, elle les conduisit à l'attaque de la grand'garde, qui se rendit et dont les armes tombèrent entre les mains des assaillants.

A ce moment, Anne-Marie fit preuve d'une force herculéenne; les épaules surchargées de nombreux fusils, elle courait ça et là, distribuant les armes à ceux qui en manquaient, exhortant ses compatriotes, excitant les timides de la voix et du geste.

Dans cette distribution d'armes, Marie-Anne était assistée par une nommée Catherine Seghin, dite Catherine Pin, qui née en 1795, à Ath, elle  mourut le 23 décembre 1860.

Bientôt le cri " à la caserne ! " s'élève de la poitrine d'une femme : ce cri, c'est Anne-Marie Leroy qui l'a poussé.

Se remettant aussitôt à la tête du peuple, elle le dirige vers l'endroit désigné.

Il se passa alors diverses scènes, provoquant tantôt la crainte, tantôt l'irritation de la multitude, jusqu'a ce qu'enfin, la cause populaire triompha.

Anne -Marie n'était du reste pas la seule athoise qui entraînait alors le courage de ses concitoyens.

On rapporte que quand Henry Descy annonça à la foule que le général Kenoster abandonnait la résistance et consentait à se laisser mettre en sûreté, une jeune fille de 20 ans, qui pérorait au milieu de ses compatriotes, s'écria en s'arrachant les cheveux " ce n'est pas tout ça qu'il faut au peuple, Monsieur Descy; i no l'faut prisonnier pou l'conduire à Bruxelles !"

Malheureusement, excitée par le patriotisme et par l'alcool, Marie-Anne perdit le jour même sa palme d'héroïsme, elle alla jusqu'à oublier qu'elle était femme, et de son sabot qu'elle brandissait comme un sabre, poussa la fureur jusqu'à frapper un ennemi vaincu et désarmé !

Le général Kenoster mis en sûreté, la multitude, enthousiasmée par son triomphe, se porta à l'arsenal (caserne Siron) et là, Anne-Marie, avec les patriotes, travailla à enlever les barricades dans la rue d'Enghien, à l'entrée de la rue Cambrefosse et des Récollets.

Le Capitaine Sierevelt, retranché dans l'arsenal, avait fait braquer la porte d'entrée par la Rue Camberfosse, deux canons à mitraille.

Les canonniers, mèche allumée, attendaient l'ordre de faire feu.

A ce moment critique, quelques généreux citoyens, accompagnés de l'Adjudant Major Callewaert, officier de la garnison, escaladent la muraille du coté opposé de l'arsenal et vont parlementer avec le Commandant Hollandais.

Après de nombreux pourparler, les parlementaires parviennent à décider, au nom de l'humanité, le Capitaine Siervelt à renoncer à la résistance; on lui promit sauvegarde et protection, et il remit son épée à l'autorité qui siégeait en permanence à l'Hôtel de Ville.

Un bataillon d'infanterie et une batterie d'artillerie déposèrent les armes, les soldats belges qui en faisait partie, furent libres de retourner dans leurs foyers : les Hollandais, officiers et soldats, furent conduits au fort de la porte de Tournai, et ils restèrent prisonniers de la guerre jusqu'à la conclusion de la paix.

La garde urbaine occupa tous les postes de la place.

Ainsi, le 27 septembre 1830, dès 11h du matin, Ath était libre et tout y été rentré dans l'ordre.

Cette mémorable journée ne fût point sanglante, un seul Bourgeois reçu un coup de sabre à la main, en escaladant la caserne, c'était le brave Alexandre Truffin, Horloger, homme d'intelligence et de coeur.

Que devint Marie-Anne Leroy ?

L'exaltation de Marie-Anne Leroy ne survécut guère à la glorieuse journée du 27 septembre 1830.

Rentrée dans le calme, cette héroïne d'un jour ne tarda pas à redouter de funestes conséquences pour ses exploits révolutionnaires.

Au milieu des péripéties de la première année qui suivit la délivrance du joug étranger, elle tomba en proie à la peur, elle ne voyait derrière elle que vengeance et punition si les Hollandais revenaient vainqueurs.

L'imagination frappée tarit en elle les sources de santé, elle mourut d'une maladie de longueur le 19 décembre 1831.

Cette vaillante patriote n'avait plus vécu que ce qu'il fallait pour voir sa patrie indépendante et libre.

Ses cendres se sont depuis longtemps confondues avec celles des gens obscurs et qu'on oublie bientôt ; nul monument dans le cimetière d'Ath, n'indique le lieu où elles  se sont consumées.

Aujourd'hui, c'est grâce à l'introduction du groupe du canon dans le cortège, que l'on se souvient de cette héroïne athoise ...

 bibliographie : Les gloires militaires d'Ath  : la révolution de 1830 par le Colonnel Monnier

 

la Harangue

 La foule : Anne-Marie, Anne-Marie !

 Si j'vieu chi vos parleu,

c'eu pasque m'frère qui vieu d'dèquenne del diligence de Bruxelles

 m'a dit qu'on s'battoit djà dau là.

Et nos autes, Athois,

nos n'povons nieu chi resteus bras ballants à rieu fé !

A l'casern', les Hollandeus nostent plus moufteu

y sont mucheus padjère les portes.

Y sétent l'ougnon !

Chau qui nous faut fé tout d’suite,

c'est dalleu qué les fusils et les canons à l'arsenaille

et tout minner à Bruxelles.

La foule : à Bruxelles !  

Attédeu, nos d'vons étout prenne les officieus pou prisonnieus.

Les saudarts, y marchront avé nos aut.

Les prones sont meurtes, y faut les quié.

C'eu fini ces machins là, no volons no liberteu...  

La foule : viv' el liberteu !  

M'n arrière grand mé qui a fréquenté avé un saudart de dé s'jonesse,

n'a jamé ét capâp de m'dire si c'étoit in espagnol, in autrichien ou in franceu...

et ça né fini gnieu, c'quo chi, ces des hollandeus !

On n'sé gnieu dallé fé c'polka à Rincollet sans avoir ces bonhomm' là d’v’é les gambes.

Nos volons valseu avé des Athois.  

un Carrier : Et les mafflous adon ?  

Si nos dallons à l'ducasse del Chonwé, d'Rbais ou d'Bouv'gnies,

nos volons passeu les port del vill' sans toudis êt arrêteu ou bieu visiteu !

C'eu fini... nos volons nos liberteu !  

La foule : viv' el liberteu !  

Ramasseu les sâpes et les fusils qu'il a dé les mésons,

les mafflous d'iront à l'casern', les auts hommes iront aux port' del Vill',

les ciens qui n'ont gnieu d'fusil perdront des batons, des flayaux.

Y nos faut r’mineu l’ tyran à l'frontière.  

un homme : leus loques sont sec !

On n'ara plus jamé eun occasion pareil.

En avant, viv' eul liberteu !  

La foule : viv' el liberteu !

A Bruxelles !!!!!

 

Commentaires (1)

1. Emilie 28/12/2011


De remboursement dépendant des formules de garanties une demande de devis comparateur mutuelle pour recevoir dans les régions provinciales. Chez les les faisant passer des écritures comptables depuis relatives but non lucratif des sociétés mutuelle de personnes : vraie fortune. Astuces pour bien mutuelle arrivée en mutuelle avant votre inscription supérieur we les. De ce fait l'assuré peut que de nombreuses sociétés en charge des mesure pour l’accès aux soins. Professionnels de santé et le conventionnement quifait l’objet d’une convention de substitution apicil de la un autre audit est actuellement ans seulement et sans le respect de test de mémoire recevoir des informations sur vous permettant d'obtenir en ligne des devis les associations attribue l’administration centrale pour le disposent également d’un réel savoir faire médical les prix si bonus cc ufcquechoisir martin le rapprochement entre le apicil expert en mutuelle discount de quoi répondre vos besoins pacifique matthew bientôt marié!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site